BRESIL-GUIDE

BRESIL-GUIDE

Le site web du Brsil

São Luís Do Maranhão

Capitale de l'État de Maranhão

Mis à jour le 23-03-2013  |  Publié le 24-12-2006 - Lu 47 764 fois
Moyenne : 4.00 sur 5 (3 votes)

Capitale du Maranhão
Loc. : 2.5° S 44.3° W
Pop. : 900 000 h

Ind.Tél. : 098

Météo locale
L'heure et le temps à Sao Luis
Google Map
Bon plans

Voir la galerie de photos de São Luis
Voir le plan de l'Office du Tourisme : plan de São Luis

São Luís do Maranhão, situé à un peu plus de 800 km à l'est de Belém, est la capitale de l'État de Maranhão. La ville est située sur l'île du même nom (Upaon-açu selon l'ancien nom donné par les indiens Tupinambas qui peuplaient la contrée, ce qui signifie grande île), entre les baies de São Marcos et de São José de Ribamar.

En 1594, des naufragés français abordent l'île actuelle, s'y trouvent bien et s'y fixent. Le 8 septembre 1612, les français Daniel de La Touche, connu en tant que seigneur de la Ravardière, et François de Rasilly, débarquent sur l'île et y construisent d'abord un ouvrage défensif appelé fort Saint Louis en l'honneur de Louis XIII. Ils sont en effet chargés de mission par le roi qui souhaite développer, depuis la Guyane, une « France équinoxiale ». Mais le mariage franco-espagnol du roi avec Anne d'Autriche impose l'amitié avec les Espagnols, alliés aux Portugais dans l'aventure brésilienne : le projet de la France équinoxiale est abandonné, la mission française, privée de soutien, est conquise par les Hollandais puis les Portugais en 1615. Ainsi, São Luís est la seule capitale d'État du Brésil qui n'a pas été fondée par les Portugais et dont le nom est d'origine française.

Rua PortugalLe centre de cette ville historique a préservé l'ensemble d'origine de ses rues au quadrillage rectangulaire. En raison d'une période de stagnation économique au début du XXe siècle, un nombre important de bâtiments historiques de grande qualité ont été conservés, en faisant ainsi un exemple exceptionnel de ville coloniale ibérique. Ce centre historique a été inscrit en 1997 au patrimoine mondial de l'Humanité de L'UNESCO.

São Luís vit actuellement principalement du tourisme et de son port. Mais c'est le commerce des matières premières sous le Brésil colonial (sucre, riz, coton) vers la Métropole portugaise qui a permis l'essor économique de la ville. Il permit à la ville de se doter de grands bâtiments commerciaux, de demeures somptueuses et de quelques églises. Ce sont ces superbes demeures et autres maisons recouvertes d'azuléjos de la période coloniale qui forment un bel ensemble architectural de près de 4.000 bâtiments, que l'on appelle le Centro Histórico. Sa rénovation a débuté en 1980 et se poursuit actuellement.

AzulejosLa population de São Luís est particulièrement chaleureuse et il se dégage de cette ville un sentiment de quiétude festive. Les amateurs de musique et de fêtes populaires ne seront pas déçus : à São Luís se mêlent les cultures indiennes, africaines, antillaises et portugaises. Les fans de reggae seront surpris de la qualité et de l'originalité de la version locale de ce genre musical que l'on écoute dans les nombreux bars de la ville.

A quelques heures de bus, on peut découvrir l'extraordinaire parc de Lençois do Maranhão aux paysages changeants de dunes et de piscines naturelles d'eau limpide.

São Luis jouit d'un climat tropical, agréable pratiquement toute l'année avec une température variant entre 24 et 34°C (27°C en moyenne).

Pour se rendre à São Luis :

L'aéroport International Marechal Cunha Machado est au sud-est de la ville, à environ 15 km du centre-ville, avenida Dos Libaneses. En taxi, comptez 30 R$ pour vous rendre de l'aéroport au Centre Historique.
La rodoviaria est à 10 km au sud-est également, avenida Dos Franceses.

- depuis l'Europe :

Il n'existe pas de vol direct depuis l'Europe.

- depuis la Guyane :

Par avion :

  • Cayenne-Belém : avec Air-Caraibes, environ 310 € AR
  • Belém-São Luis : avec la TAM, environ 350 R$ AR

- depuis le Brésil :

Plusieurs vols domestiques arrivent et partent de São Luis.

Informations :

Office du Tourisme Fumtur : praça Dom Pedro II. Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 18h et le samedi de 9h à 17h.
MARATUR - Maranhão Tourism Company - Rua Djalma Dutra, 61 - A - Centro - Tél : 55-98-221-1231 - Fax : 55-98-221-5277
Rodoviaria : av Dos Franceses.

Pour se loger à São Luís :

Voir les bons plans sur Sao Luis

Les bonnes adresses pour manger :

Voir les bons plan sur Sao Luis

Quoi faire à São Luís :

Visite de la ville : en flânant dans les vieilles rues du centre ville de São Luis (Centro Histórico), vous découvrirez de belles demeures coloniales, quelques fois rénovées, quelques fois complètement en ruine. C'est la partie la plus intéressante pour les amateurs d'histoire, d'architecture et d'art de la période coloniale. Pour organiser votre visite, trois journées suffisent pour bien découvrir la ville. Nous vous conseillons de vous procurer la carte de São Luis éditée par l'Office du Tourisme dont nous vous proposons une version réduite en PDF : carte de São Luis. Pour vous aider dans votre visite, vous trouverez pour chaque curiosité un numéro entre parenthèse [] correspondant à un point rouge numéroté sur la carte.

Le mieux est de débuter la visite par l'avenida Dom Pedro II. Cette large avenue très bien entretenue, est bordée par de très beaux édifices entièrement rénovés :

Palacio dos LeõesPalácio dos Leões (palais des Lions) ou Palácio do Governo [02] : Av. D. Pedro II - Erigé par les Français en 1776 sur les ruines du fort St Louis, cette bâttisse rend hommage au roi Luis XIII. La structure de l'actuel bâtiment a été construite à la fin du XVIIIe siècle et a passé par innombrables rénovations, jusqu'au style néoclassique actuel. Aujourd'hui, c'est le siège du Gouvernement de l'État. Musée ouvert uniquement l'après-midi (mobilier, assiettes...). Tél : (98) 232-1633.

Palácio la Ravardiére [03] : Av. D. Pedro II - Juste à droite du Palácio dos Leões. Construit en 1689, il abrite actuellement la préfecture. Pas de visite, mais belle demeure.

Palais de justice : juste en face du Palácio la Ravardiére. Encore un beau bâtiment néoclassique.

Palácio arquiepiscopal : au bout de avenida Dom Pedro II, à gauche de la cathédrale da Sé, même bâtiment - Faux azulejos peints en trompe-l'oeil à l'intérieur, dans le grand hall d'entrée. Belle vue sur la place et l'avenida Dom Pedro II depuis le balcon du premier étage.

Catedral Matriz da Sé [04] : Av. D. Pedro II - Construite par les Jésuites en 1629 puis reconstruite en style néoclassique. Intérieur et autel de style baroque, belles fresques au plafond. Ouvert pour la messe mais ensuite, le plus souvent fermée. A droite de l'église, voir également la praça Benedito Leite [05], joli square entouré de beaux bâtiments rénovés. Au centre, statue de Benedito Leite.

Cathédrale da Sé Praça Benedito Leite

Prendre ensuite la rue piétonne (rua de Nazaré) en l'autre côté de la place Benedito Leite. Elle vous amènera à la Praça João Lisboa [21]. Belle statue de l'écrivain-homme politique-avocat... au centre de la place.

Prendre ensuite, à l'angle de la place João Lisboa, la rua do sol qui vous fera passer successivement devant :

Le Teatro Arthur Azevedo [20] : Rua do Sol, 180. A quelques dizaines de mètre à droite en partant de la place João Lisboa - Tél : (98) 232 0299. Se visite avec un guide du mercredi au vendredi de 15h à 17h, avec un maximum de 30 personnes. Il faut réserver au (98) 3218.9900 ou sur place. 2R$ par personne. Théâtre construit en 1817, de style néoclassique. Ne pas manquer le mercredi soir le spectacle de Bumba-meu-Boi.

Museu Histórico e Artístico do Maranhão : Rua do Sol, 302 - Tél : (98) 3221 4537. E-maill: mham@ma.gov.br. Ouvert de 9h à 18h45 du mardi au vendredi, et de 14h à 18h le samedi, dimanche et jours fériés. Fermé le lundi. Il est divisé en 3 parties :

  • Casa Maranhense [40] : Rua do Sol, 302 - Tél (98) 221 4537 - Collection de mobilier (à voir, un immense buffet), vaisselle, portraits... Le bâtiment en lui-même mérite de détour.
  • Museu de Arte Sacra [41] : Rua do Sol, 302 - Tél : (98) 221 4537 - Juste à gauche du précédent (même entrée). Collection d'art sacré du XVIIIe et XIXe siècles.
  • Museu de Artes Visuais (musée d'Arts Visuels) [10] : Rua Portugal. Il fait parti du musée historique mais n'est pas situé dans cette rue (voir plus bas)

Retour ensuite vers la Praça João Lisboa, en faisant un petit détour par les rua Cruz (belles maisons à azulejos de part et d'autre de la rue, en remontant vers le nord jusqu'à la Pousada dos Francês [51]. Prendre ensuite la rua do Ribeirão pour admirer la Fonte do Ribeirão [22] : Largo do Ribeirão. Fontaine coloniale de couleur bleue, construite en 1796 pour les besoins en eau de la ville. Jolies gargouilles.

Retour ensuite vers la Praça João Lisboa et prendre vers la gauche pour voir successivement la Igreja et Convento Nossa Senhora do Carmo [19] (Largo do Carmo - Praça João Lisboa) et la belle maison verte en face du débouché de la rua Grande [50]. De là, vous avez le choix :

  • soit de visiter la Rua Grande [50] : longue rue commerçante qui traverse une partie de São Luis d'est en ouest,
  • Belle maison à l'angle de la rua do Egito et de la rua João Vitalsoit de descendre la rua João Vital (à l'angle de la belle maison verte) vers l'Antigo Mercado das Tulhas aussi appelé mercado de Praia Grande [13] : marché populaire situé entre rua da estrela et rua Beco Catarina. Produits locaux : alcools, crevettes séchées, noix de cajou... à voir. Tout autour du marché, et surtout rua Portugal [38], de nombreuses échoppes d'artisanat local : broderies (magnifiques), dentelles, hamacs, nappes... A voir également rua de Portugal, les belles bâttisses recouvertes d'azulejos. Dans ce quartier, voir également le Museu de Artes Visuais (musée d'Arts Visuels) [10] : Rua Portugal, 273 - Tél : (98) 3231 6766 - Ouvert de 9h à 18h45 du mardi au vendredi, et de 14h à 18h le samedi, dimanche et jours fériés. Fermé le lundi. Collection d'azulejos, gravures, peintures... entrée 2 R$. Toujours rua Portugal, voir la Casa De Nhozinho [08] rua Portugal, 185. Ouvert tous les jours de 9h à 19h, sauf le lundi. A quelques centaines de mètres, voir la Casa Do Maranhão [06] rua do Trapiche : bel ensemble architectural colonial. Enfin, toujours dans le quartier, le Museu do Folclore e arte popular (Musée de la culture populaire) : rua do Giz, 221 - Tél (98) 3231 1557. Ouvert tous les jours de 9h à 19h, sauf le lundi. Entrée gratuite. Culture populaire du Maranhão.

D'autres curiosités à découvrir :

Biblioteca Benedito Leite [44] : à l'est de la ville, joli bâtiment néoclassique. Vous pouvez y accéder en remontant la Rua Grande jusqu'à la rua Rio Branco. Prendre cette rue vers la gauche jusqu'à la grande place. La bibliothèque est le grand bâtiment blanc et rose au fond de la place.

Igreja São João Batista [42] : à l'intersection de la rua da Paz et de la rua São João. Construite en 1665 puis en 1934. Style néoclassique.

Igreja São João do Desterro : C'est plus ancienne église de la ville. Elle fut construite en 1641, puis détruite par les hollandais, et reconstruite ensuite pour être achevée qu'en 1863. Style néoclassique et byzantin

CEPRAMA - Centro de Comercialização de Produtos Artesanais do Maranhão [25] : Rua de São Pantaleão, 1232 - Quartier Madre Deus, au sud-est du Centre Historique. Prendre un taxi pour vous y rendre depuis le Centre Historique. Un immense entrepôt reconverti en exposition de l'artisanat local : nappes brodées, serviettes, vêtements également brodés, hamacs, azulejos, bibelots, poteries amérindiennes... Très touristique mais prix intéressants et beaucoup de choix. Paiement par cartes VISA et MASTERCARD.

Cafua das Mercês [17] : Rua Jacinto Maia, 54. Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 18h. Cet édifice abritait autrefois le marché aux esclaves. Il abrite maintenant le Museu Do Negro qui expose des objets africains.

Convento das Mercês - Fundação da Memória Republicana [18] : Rua da Palma, 502 - Tél : (98) 221 5557. Couvent construit en 1654, situé juste en face du Cafua das Mercês. Ouvert du lundi au vendredi de 8h à 18h et le samedi, de 8h à 12h. Entrée gratuite.

Et si vous aimez les églises, il y a aussi : Igreja da Sé Nossa Senhora da Vitória (Av. D. Pedro II), Igreja dos Nossa Senhora dos Remédios [28] (Largo dos Amores)...

Le port : on y trouve surtout des crevettiers. Sans grand intérêt, sauf pour l'animation.

Lagoa da Jansen : grand lac de 150 hectares situé dans la ville nouvelle, entre la Praia da Ponta de Areia et le quartier São Francisco, au nord du Centre Historique, de l'autre côté du pont José Sarney. Pour s'y rendre depuis le Centre Historique, prendre un taxi (comptez une dizaine de R$). Belle promenade très bien entretenue autour du lac, notamment avenida dos Holandeses. Nombreux jogeurs en fin d'après-midi et début de soirée. On peut diner et se promener autour du lac dans une ambiance calme et reposante.

Les plages : l'amplitude des marée est très importante ici, pouvant atteindre 7 m. La Praia da Ponta de Areia est située au nord de la ville. C'est la plus poche de la vieille ville. Longue plage de sable avec hôtels, restaurants, bars et échoppes. Elle est parfois polluée. La Praia do Calhau se trouve à environ 10 km du centre-ville, plus à l'est (comptez environ 15 R$ en taxi depuis le Centre Historique). C'est une belle et vaste plage de sable blanc. Elle est bordée par l'avenida Litoranea et ses nombreux bars de musique reggae et restaurants de plage. L'avenue se termine en impasse sur la Praia do Caolho.

La musique : São Luis est connue comme la capitale du reggae au Brésil. Alors ne vous étonnez pas si vous croisez de nombreux rasta en ville... Vous trouverez pas mal de bars et de boites de nuit pour profiter de cette musique au rythme si particulier (voir sur l'avenida Litoranea et à Praia Grande). Le festival Maranhense do Reggae a lieu en novembre et dure environ 4 jours.

Bumba-meu-Boi : entre juin et août. Se renseigner pour les dates exactes auprès de l'Office du Tourisme. Cette représentation théâtrale dansée est l'une des expressions culturelles les plus diffusées dans le brésil, après le carnaval. L'origine du bumba-meu-boi remonte au XVIIIe siècle, résultant de la relation inégale entre esclaves et seigneurs, il reflète les conditions sociales vécues par les noirs et les indiens. Cette tradition repose sur une histoire qui a plusieurs variantes : la femme d'un esclave alors enceinte, demande à son mari de lui apporter une langue de bœuf pour satisfaire son envie. L'esclave vole alors le plus gros bœuf de son maître, seigneur de la ferme, et le tue pour lui prendre la langue et la donner à sa femme. Le bœuf mort est rapidement retrouvé et l'esclave avoue sa faute. Toute la ferme se mobilise pour ressusciter l'animal, l'esclave demande alors pardon d'avoir tué le bœuf juste pour en prendre la langue et le bœuf ressuscite. Tout le monde fini par faire la fête. Lors des cortèges de bumba-meu-boi, un bœuf, composé de matériaux hétéroclites, sous laquelle se cachent une ou plusieurs personnes, précède le groupe de musique. Il danse, accompagné de plusieurs personnages. Le groupe parcourt les rues en chantant et en dansant. Le public réagit en chantant, en huant, en pleurant la mort du bœuf et en applaudissant quand il ressuscite. C'est dans l'état du Maranhão, que le bumba-meu-boi est le plus représenté. On distingue plusieurs styles musicaux (on parle de "sotaque") : le boi de matraca, les membres du groupe utilisent des percussions comme les "matracas" : deux lattes en bois frappées l'une contre l'autre ainsi que d'énormes pandeiros chauffés préalablement devant un feu ; le boi de orquestra : complètement différent du premier, est composé d'un orchestre qui utilise des instruments à cordes, des instruments à vent, des tambours; le boi de zabumba : avec des zabumbas (tambours du Nordeste), pandeiros.

Alcântara : Le village d’Alcântara est établi sur la terre ferme, à 53 km en face de l’île de São Luís. Voir la page d'Alcântara.

Raposa : village sur pilotis de pêcheurs situé à environ 30 km de São Luis. Pour s'y rendre, prendre un bus au bout de l'avenida Almeida, près du marché central. Départ toutes les heures à partir de 7h. Voir la fabrication des rendas (dentelles) par les femmes du village. Pour s'y rendre, comptez 45 minutes de bus depuis São Luis.

Parc Naturel des Lençóis Maranhenses : l'un des paradis écologiques du Brésil. Déclarée Aire de Protection de l'Environnement (Área de Proteção Ambiental), cette grande étendue de sable et de dunes du littoral du Maranhão où dunes et lagunes se marient à merveille, forment un spectacle grandiose, avec des paysages d'une rare beauté (Lençóis signifie « drap » en portugais). Le parc s'étend sur 150 km de littoral et 50 km à l'intérieur des terres. Cet ensemble presque unique est le résultat du lent travail des vents, du sable et des pluies. Certaines dunes atteignent 40 m de haut. Des lagons bleus ou turquoises à l'eau transparente, résultat des pluies des mois de décembre à juillet, parsèment cette étendue désertique. La porte habituelle du parc est la ville de Barreirinhas à 240 km de São Luís. On peut s'y rendre en bus ou en petit avion. De nombreuses agences proposent des circuits de 2 à 5 jours aux Lençois.

Delta do Parnaíba : c'est le troisième delta océanique du monde après celui du Nil en Afrique et du Mékong au Vietnam. Sa configuration ressemble à celle d'une main ouverte, où les doigts représentent les principaux affluents du Parnaíba. Ils se ramifient, formant un extraordinaire sanctuaire écologique.

Pour quitter São Luís :

Par la route, en bus, à partir de la Rodoviaria

  • São Luís - Belém : 840 km (14h)
  • São Luís - Fortaleza : 1080 km (16h)
  • São Luís - Recife : 1650 km (24h)
  • São Luís - Rio de Janeiro : 3200 km
  • São Luís - Brasilia : 2250 km (40h)

Par avion

L'aéroport est au sud-est de la ville, à environ 10 km. On peut y aller en bus ou en taxi.

Par le train

En fait c'est surtout un train de marchandise. A oublier !

Page précédente  |  Page suivante  

Cette page vous a plu ? Partagez-la sur les réseaux sociaux :


billet avion
Envoyé à un ami

Plan du site
Top 50 des articles
Livre d'or du site
Audience XiTi
908 177 visiteurs au total
250 visiteurs ce jour
3 visiteurs actuellement sur le site
Liste des membres du site
Nous Contacter

© J.Brunetaud 1999-2017