BRESIL-GUIDE

BRESIL-GUIDE

Le site web du Brésil

La turista

... ou diarrhée du voyageur.

Mis Ă  jour le 02-10-2006  |  PubliĂ© le 05-08-2006 - Lu 8 331 fois
Aucun vote

C'est une diarrhĂ©e infectieuse ou non, quelques fois due à des germes entĂ©ro-toxiques ou entĂ©ro-invasifs. Le germe le plus souvent en cause est Escherichia coli entĂ©ro-toxique. Seulement 1/5 des turistas est d’origine virale ou parasitaire : Entamoeba Histolytica, Giardia Intestinalis, Cryptosporidum, Isospora, Cyclospora. C'est l'exposition à des sĂ©rotypes diffĂ©rents de bactĂ©ries souvent cosmopolites qui est le plus souvent à l'origine de cette affection le plus souvent bĂ©nigne, du voyageur.

Mais le simple changement des habitudes alimentaires peut être la cause de diarrhĂ©es dans les premiers jours du sĂ©jour. Le plus souvent, l’Ă©pisode de turista survient 3 à 5 jours après l’arrivĂ©e à destination et disparaît spontanĂ©ment en quelques jours. Il existe un deuxième pic de frĂ©quence vers le 10e jour. Le sujet prĂ©sente une diarrhĂ©e composĂ©e de 5 à 6 selles par jour, avec parfois un peu de sang, accompagnĂ©e de douleurs abdominales, et Ă©ventuellement de vomissements et de fièvre.

En fait, l’agent en cause est rarement dĂ©celĂ©. L’origine de la turista est multifactorielle : jeune âge, voyage itinĂ©rant, modification des habitudes alimentaires, antĂ©cĂ©dents de pathologie digestive, et bien entendu, rĂ©gion visitĂ©e. L’AmĂ©rique latine, l’Afrique et Asie du sud-est sont des zones à haut risque. 

La contamination s’effectue par l’ingestion d’aliments contaminĂ©s : fruits, cruditĂ©s, poissons et fruits de mer, eau de boisson. Les mains sales et les mouches sont des vecteurs importants de ces agents pathogènes.

Il n'y a pas de mesure préventive absolue. Les mesures suivantes limitent les risques de maladies diarrhéiques :

  • Consommer viandes, poissons et crustacĂ©s suffisamment cuits.
  • Eviter la viande hachĂ©e,
  • Eviter les lĂ©gumes crus et les fruits sans enveloppe ; peler les autres fruits et lĂ©gumes avant de les consommer.
  • Boire au moins 2 à 3 litres d'eau par jour (de prĂ©fĂ©rence de l'eau en bouteilles capsulĂ©es ou dĂ©sinfecter l'eau de boisson si vous êtes en trekking). Voir hygiène de l'eau.
  • Se laver les mains avant chaque repas et en sortant des toilettes (ne pas les essuyer avec un linge dĂ©jà utilisĂ© par d'autres personnes).
  • Ne pas se baigner n'importe où car l'eau est un excellent vĂ©hicule de micro-organismes et en n'oubliant pas qu'une eau limpide n'est pas obligatoirement une eau propre biologiquement.

Le traitement repose d'abord sur la rĂ©hydratation, surtout en cas de diarrhĂ©e abondante et durable plus ou moins associĂ©e à des vomissements. Une boisson Ă©quilibrĂ©e avec une alimentation riche en sucre suffisent. Le traitement infectieux repose sur les antiseptiques intestinaux, suivis si les troubles persistent d'antidiarrhĂ©ïques.

La diarrhĂ©e du voyageur est un problème majeur des touristes et des rĂ©sidents en pays tropical. Fort heureusement, cette affection plus gênante que grave est habituellement labile et bĂ©nigne, mais elle peut parfois persister assez longtemps. Selon la rĂ©gion que vous allez visiter, vous pouvez connaître le risque de diarrhĂ©e du voyageur en consultant la carte de frĂ©quence de la turista.


 

Page prĂ©cĂ©dente  |  Page suivante  

Cette page vous a plu ? Partagez-la sur les réseaux sociaux :

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire

Envoyé à un ami

Plan du site
Top 50 des articles
Livre d'or du site
Audience XiTi
1 005 511 visiteurs au total
74 visiteurs ce jour
4 visiteurs actuellement sur le site
Liste des membres du site
Nous Contacter

© J.Brunetaud 1999-2018